Week-end lecture #187 : Kill All Enemies

Week-end lecture #187 : Kill All Enemies

Billie ne s'attire que des ennuis, c'est une bagarreuse, un danger pour sa famille et ses amis. Pourtant Hannah, son éducatrice, la voit différemment.

Son camarade de classe Rob est grand, fort mais son beau-père violent l'humilie dès qu'il en a l'occasion.

Et Chris se bat à l'école et il ne veut tout simplement pas être là. Mais son père le voit comme un bon à rien.

Billie, Rob et Chris ont chacun une histoire à raconter... Une histoire à plusieurs voix.

Melvin Burgess, auteur de quelques-uns des livres les plus controversés qui ont été publiées pour les jeunes adultes au cours des dernières années, il n'écrit (à mon humble avis) que des histoires brillantes et Kill all Enemies en fait partie. On retrouve du grand Burgess comme je l'aime, je me demande même comment j'ai pu passer à coté en 2011.

Chaque adolescent est le même, chaque adolescent qui porte un chandail à capuche est un criminel, et  chaque jeune en décrochage scolaire est un bon à rien... tant de préjugés des adultes, mais aussi d'une société...

Kill all Enemies se déroule à Leeds et raconte les histoires de Billie, Chris et Rob, trois jeunes gens très différents et surtout de milieux différents. A travers leurs actions, leurs chemins vont se croiser...

Melvin Burgess peint ici le portrait de 3 jeunes en difficulté mais aussi en souffrance. On prend soudain conscience qu'il y a des raisons profondes derrière le comportement de ces jeunes que ce soit le milieu familial, des difficultés d'apprentissage non diagnostiquées ou simplement des problèmes affectifs. Melvin Burgess avait prévu à l'origine de faire un documentaire pour Channel 4 sur les jeunes qui sont « envoyés », dans ce qu'on appelle en Angleterre, des  Pupil Referral Unit. Ce programme n'a jamais été fait, mais de ses heures de recherche et surtout de ses longues conversations qu'il a eues avec les jeunes est né cet excellent roman

Ce roman ne s'adresse pas essentiellement aux jeunes adultes, il permettra sans doute aux "grandes personnes" de réfléchir au lieu de juger trop vite, à ne pas pré-juger un jeune en fonction de ce qu'il porte, la langue qu'il utilise, ou son refus de répondre à votre idéal !Quant aux lecteurs plus jeunes, il permettra d'être plus tolérant envers le garçon ou la fille qui perturbe vos cours ou tombe endormi au fond de la classe.


Qui que vous soyez, je vous mets au défi de ne pas être affecté par l'histoire et ses personnages. Un roman qui touche, blesse et permet de s'interroger, bref du GRAND Burgess comme je les aime et d'où on ne sort pas intact...

lecture melvin burgess