Suis-je la meilleure maman du monde?

Suis-je la meilleure maman du monde?

C'est la question prétentieuse que je me pose en ce moment. Celle que je ne cesse de me répéter à plusieurs reprises dans mon cerveau parfois surmené. Ai-je été la meilleure maman? Suis-je? Serai-je?

Jusqu’à aujourd'hui ai-je fait de mon mieux?

Je ne compte plus les rentrées sur les dix doigts de mes mains, je n’ai même pas pris de photos de la rentrée cette année. Je suis blasée? Non… je suis dans une routine parentale, est-ce que ça fait de moi une mauvaise mère?

J’ai toujours travaillé à temps plein, je n’ai jamais mis ma vie professionnelle entre parenthèses pour elles. Les seuls fois où j’ai pu profiter un peu plus d’elles c’était le mois de mon intervention, lorsque j’étais à l’arrêt. J’ai pris soudain conscience que le temps était compté et que ça allait beaucoup trop vite à mon goût! J’entends le tic tac de l’horloge, l’heure des mamans (tiens? et pourquoi pas celle des papas?) et aujourd'hui je me demande si jusqu’ici j’ai été une bonne maman.

Tout ce que j’ai fait à ce jour, me forçant à regarder en arrière et réfléchir sur les choix que j'ai fait pour elles, sur ma manière de les éduquer, et si j’avais fait les choses différemment?

Lorsque nous agissons, nous pensons toujours faire ce qu’il y a de plus juste à ce moment là… mais avec le temps on peut s’interroger! Aussi, je dois admettre que si je pouvais remonter le temps je changerais certaines choses.

J’aurais plus profiter de ma maternité avec Stella-Rose, j’aurais pris un congé parental, j’aurais eu moins de visites dans ces précieuses premières semaines et j’aurais écouté mon instinct maternel et ignoré les conseils « trop bien intentionnés » (BM si tu me lis, je ne suis peut-être pas la Reine du ménage mais mes enfants ne mangent pas de frites à huit mois bordel!).

Je l'aurais plus cajolé dans le milieu de la nuit quand elle ne pouvait pas dormir (jusqu’à l’âge de deux ans et demi à 4 heures toutes les nuits), au lieu de m’énerver et pleurer à mon tour.

J'aurais pris des respirations plus profondes quand j’aurais senti les cris monter. J’aurais pris le temps, au lieu d’être toujours impatiente, des premières dents, des premiers mots, des premiers pas. Je m’entends encore dire que la « période des couches ne me passionnaient pas et que c’était plus intéressant à partir de 18 mois »… j’ai dit ça? moi!

Alors je me réveille aujourd'hui et je me dit que tout ça est passé bien trop vite et forcément je regarde en arrière avec nostalgie, avec des « si » qui ne servent plus à rien.

Ai-je été une bonne maman?

Eh bien non, pas toujours malheureusement, j’ai fait beaucoup d’erreurs mais ça ne rend pas mes enfants plus malheureux. 

Souvent sur la route de l’école, Elijah met sa petite main dans la mienne et me dit « Tu es la meilleure maman du monde !» . 

À leurs yeux, je n’ai pas été si mauvaise que ça, elles garderont le bon et oublieront mes erreurs. Je sais aussi que malgré mes imperfections de maman, jamais je ne blesserais leurs petits coeurs et je serai toujours là pour elles comme l’a fait il y a bien longtemps ma maman pour moi. 

Et toi? Penses-tu être une bonne maman? As tu des remords? des regrets?

Mary Leviandier sur Google+

enfants rentrée lifestyle

Commentaires (1)

Laure
Coucou
Tu as tout dit, on est peut-être pas parfaite... mais, on fait du mieux que l'on peut... c'est déjà pas mal !!
Et il n'y a pas de formule magique... on est toute différente ;-))
Bisous Laure

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau