Soul, l'âme de Pixar est de retour !

Soul le nouveau Pixar

Cela faisait longtemps que je n'avais pas parlé de films ici, pourtant après avoir visionné Soul, je n'avais qu'une envie, partager avec vous cette belle découverte cinématographique ! Voici un grand Pixar à découvrir en famille sur la plateforme Disney plus !

L'histoire

Passionné de jazz et professeur de musique dans un collège, Joe Gardner a enfin l’opportunité de réaliser son rêve :jouer dans le meilleur club de jazz de New York.
Mais un malencontreux faux pas le précipite dans le « Grand Avant » – un endroit fantastique où les nouvelles âmes acquièrent leur personnalité, caractère et spécificité avant d’être envoyées sur Terre.
Bien décidé à retrouver sa vie, Joe fait équipe avec 22, une âme espiègle et pleine d’esprit, qui n’a jamais saisi l’intérêt de vivre une vie humaine.
En essayant désespérément de montrer à 22 à quel point l’existence est formidable, Joe pourrait bien découvrir les réponses aux questions les plus importantes sur le sens de la vie. 

Soul - Première bande-annonce | Disney

Mon avis

Pendants une heure trente d'émotions joyeuses et poignantes, Soul, le dernier né d'animation de Pixar, aborde certaines des questions qui nous taraudent tous pour la plupart depuis l'enfance. 

Pourquoi est-ce que j'existe ?

Quel est l'intérêt d'être en vie ?

Qu'est-ce qui vient après ?

Il est rare qu'un dessin animé qui s'adresse à toute la famille, s'aventure sur un territoire métaphysique aussi profond et potentiellement effrayant, mais ce n'est pas la première fois que le studio Pixar aborde le sujet avec des ressources visuelles et narratives de puissants thèmes philosophiques. «Soul» suit «Coco» en évoquant une vision détaillée de l'au-delà - et aussi, pour Soul de l'avant la vie - et rejoint Vice Versa pour transformer des concepts abstraits en personnages amusants et en paysages vivants. Le monde que traversent les âmes humaines en entrant et en sortant de la vie est un royaume lumineux et minimaliste de métaphores incarnées, peuplé d'âmes "blobby", ectoplasmiques et de «conseillers» bureaucratiques ondulés nommés Michel. 

Mais en même temps, Soul, réalisé par Pete Docter et Kemp Powers à partir d'un scénario qu'ils ont écrit avec Mike Jones, représente un nouveau chapitre dans l'expansion du réalisme de Pixar. Après avoir pêché le public avec Nemo, s'être effrayés de fourrure bestiale dans «Monsters Inc.», avoir concouru  avec du métal dans «Cars» et chassé de la vermine dans «Ratatouille», les animateurs se sont fixés des défis plus subtils.

Si d'autres projets Pixar ont visité des lieux réels (Paris, San Francisco, la Grande Barrière de Corail), c'est le premier à plonger pleinement dans les ambiances multi-sensorielles d'une ville vivante, à la poursuite de ses rythmes, de ses détails architecturaux. Soul est un film sur la mort, sur le jazz, sur le désir et la limitation.

Soul n'a pas peur des clichés et du sentimentalisme.... L'émeute sensorielle de la ville comprend des klaxons de voitures, des trains bruyants, des bagels, des tranches de pizza, des salons de coiffure, des plates-formes de métro et le mouvement perpétuel des piétons, des poussettes, des taxis jaunes et plus encore. L'âme de New York est omniprésente, c'est sûr !

Mais ce merveilleux film d'animation ne se réduit pas qu'au bruit et aux foules. Une partie de l'esthétique de Pixar au fil des ans a été de réduire la distance entre l'animation et les autres types de cinéma, et vous jurez que les scènes new-yorkaises de «Soul» ont été filmées à la lumière naturelle. Il y a une beauté presque spirituelle dans la façon dont le soleil tombe sur un bloc de maisons en rangée, à travers les fenêtres d'une devanture de magasin ou le long du plancher d'un appartement... Cet appartement qui appartient à un pianiste nommé Joe Garner, dont la lutte littérale pour garder le corps et l'âme ensemble conduit l'intrigue à travers la ville et dans l'au-delà.

Plus qu'un voyage vers l'au-delà, ce film est un petit bijou à découvrir en famille de toute urgence !

Disney animation Pixar soul