A la maman que je pensais que j'allais être...

Tout est plus ou moins dit dans le titre... qui peut prétendre être devenu la maman qu'il rêvait d'être. 

Je me suis pensée maman, la premère fois où je suis tombée enceinte.

C'était il y a 10 ans.

Quand je croise des futures mamans ou des jeunes mamans, je me demande toujours comment elles s’imaginent mère. 

Souvenez-vous lors de votre première grossesse, vous êtes-vous imaginée maman ?

Quelle maman seriez-vous ? Des défauts ? Nan ! Des qualités ? Oui !

Moi, j’étais dans l’illusion de la mère parfaite, parce que ma propre mère l’avait été… avec ses défauts.

Je me voyais aimante, toujours patiente, jamais énervée. Je m’imaginais continuellement à câliner ma progéniture, tout serait parfait (comme mes enfants d’ailleurs).

Et puis… je suis devenue Maman ! Pas dans ma tête seulement mais dans la vraie vie aussi !

J’ai appris qu’on ne formate pas nos enfants comme on aimerait qu’ils soient ! Ces petits êtres ont des personnalités parfois diaboliques et ils peuvent aussi vous donner envie de vous cacher dans une grotte pendant plusieurs jours 

 « Dis maman, pourquoi la dame elle a un gros ventre ?»  « Ça sent mauvais ici ! »

Oui, parfois les enfants sont incontrôlables… pourtant la maman parfaite que je devais être était sensée éduquée ses enfants pour que cela n’arrive jamais !

J’ai même cédé aux gros mots !

 Merde !!!

Page 5

Pendant un an, j’ai instauré la minute des « gros mots » : un défouloir où mes filles avaient droit de jurer pendant une minute top chrono !  En dehors de cette minute, les gros mots étaient bannis de la maison et de leurs bouches ! Ça a été plutôt une réussite car après un changement d’école, et un an de thérapie « minute de gros mots », les jurons ont totalement disparu de leur vocabulaire ! J’aurais  peut-être dû participer plus activement à cette minute, puisque mon vocabulaire en la matière peut-être fleuri et riche quand j’y mets du cœur… mais fort heureusement j’ai été très vite déculpabilisée par la dame formatrice dans ma gestion du stress, qui m’a dit que chacun  exprimait  son stress à sa façon ! Ah ouais ? Elle ne m’a pas vu le lundi matin avant de conduire les filles à l’école ?!?

Encore, quand je n’avais qu’une fille, je marchais plutôt dans les clous : biberons, lever tous les matins à 4h pour des pleurs jusque 2h30 (à moins que ça soit chéri qui se levait? mais dans tous les cas j'étais réveillée), punition au coin, visite chez le docteur, éducation, repas de noël avec BM, jour de nouvel an avec BM AAAAAAArrrrrrrrggggghhhhhhhh, pas de bonbons, que du bon !!!! Les couches Pampers y a rien de mieux, j’y ai laissé mon treizième mois !

Et puis, est arrivée Elijah : Vive les céréales dans les biberons (« dis donc elle dort bien le soir après son bib ? »),  visite chez le docteur (mais moins souvent), éducation, repas de Noël à  4 à la maison, repas de Nouvel  An à 4 à la maison (hiiiiiii ! bonne année BM au téléphone !!!!), les bonbons c’est bon, vive les petits pots,  j’ai pris des actions en bourse Nestlé, les couches Intermarché sont vachement bien ! 

Je ne suis pas la maman que je pensais être, celle que j’idéalisais avant de faire face à la réalité…

les empreintes de mes enfants ne sont pas moulées dans de la terre glaise, non, elles sont sur les murs, les vitres et la télévision  et ont la couleur du chocolat.  Etre la maman idéale demande trop de travail, finalement mes filles sont polies, propres sur elles, et même nourries … 

Je  fais ce que je peux avec mes moyens, comme une maman qui travaille. Je crois qu’elles m’aiment comme ça et je sais que la mère parfaite (si elle existe) doit être épuisée ! Nan, mais vous imaginez à quel point ça doit être difficile d’être toujours au taquet pour ses enfants ?!? Ne  jamais hurler, préparer des plats frais, toujours être compréhensive, prête pour faire de la pâte à modeler,  une partie de Monopoly, ou une chasse aux trésors dans le jardin ?

Les bras m’en tombent rien que d’y penser…

Page 6

Et toi ? tu t’imaginais comment avant d’être maman ?

 Enjoy!

 

Mary Leviandier sur Google+

site enfants maman activité cliché Sortie jeux temps

Commentaires (4)

Ju
Je n'ai pas d'enfants, mais ton texte fait écho quand même chez moi...Il m'arrive de me dire qu'un jour j'en aurais et un jour je serai mère. J'ai aussi toutes mes amies, mes copines qui ont des enfants. Évidemment, c'est une discussion qu'elles ont eu avec moi.
Me connaissant, être une maman rangée qui fait tout bien comme il faut c'est impossible (je suis trop bordélique / grossière / speed) pour être comme ça. Je me connais aussi et je me dis qu'une maman sans faux plis, qu'est ce que ça doit être chiant!!! (que ce soit pour la maman comme pour les enfants...) Ton texte me rassure vachement en fait. Tu m'as toujours semblé être une maman extra. Pas parfaite, mais ce n'est pas ça qui fait une bonne maman. Tu es un maman aimante, je pense que c'est le plus important.
La minute des gros mots est une idée fantastique. Au lieu d'interdire, c'est une bonne alternative!
(PS: Tu devais passer le 15 à la maison, mais j'ai une crève monumentale. Ce n'est que partie remise?!)
selky
C'est étrange, en lisant ça je me rends compte que j'ai jamais vraiment imaginé la maman que je voulais être. Mais plutôt celle que je ne voulais pas être. Déformation... Et encore aujourd'hui, je me bats, au quotidien pour ne pas devenir celle que je ne veux pas être.... ça se rejoint peut-être dans ce que tu dis...
Mais en tout cas, la perfection c'est triste, fade, sans relief. Personne n'en veut je pense.
On fait au mieux, on tattone, on se cherche et on adapte.
Tes filles ont l'air bien dans les baskets, et toi aussi, c'est le principal crois moi !!
Bises Mary et on se voit bientôt à Pariiiiiiiiiiiiis !!
adeline
Bel article, comme je me retrouve dans tes explications, c'est fou!! Oui pas facile d'être parfaite, dure d'être une maman disponible, attentionnée, attentive au moindre détail et surtout avoir de la patience!!

De la patience, ce n'est pas facile, après une journée de travail bien remplie, des clients et des collègues qui râlent, oui pas toujours facile de rentrer à la maison avec un grand sourire, non pas facile d'être disponible à la seconde et de dire oui pour une partie de jeux (où l'on sait par avance que les enfants vont se disputer pour celui qui arrivera premier), non pas facile de regarder à la fin de la semaine, le cahier de comportement de l'école où l'on voit que son enfant n'a pas été au top dans la semaine, pas facile d'être à l'écoute pour les devoirs et d'expliquer le pourquoi du comment à un enfant qui lui aussi est crevé de sa journée et que lui aussi n'a plus envie d'être à l'écoute, oui pas facile tout court d'être une maman parfaite!!

Oui pleins d'idées avant la naissance du premier, je ne ferai jamais comme mes parents, je serai plus moderne, c'était la promesse que je m'étais faite et bien voilà, je fais comme mes parents et finalement ce n'est pas si mal!!
Alice
Loin d'être mère parfaite
J'aimerai ne plus crier.
J'aimerai ne plus faire de chantage.
J'aimerai je ne tape pas je ne puni pas. J'essai d'être a l'écoute mais la fatigue parfois prend le dessus, je m'en veux je culpabilise.
Je suis la maman qui a décidé que l'école c'était de la merde alors les parties de Monopoly quand ils le veulent c'est normal, mon travail c'est aussi nounou, puis le weekend je suis aide soignante. et quand je suis nounou, je suis instit pour mes enfants, je suis aussi femme d'interieur.
Parfois c'est dur, parce qu'en plus j'ai repris mes études j'étudie le cerveau de mes touts petits, alors je sais aujourd'hui quel impacte on mes mots sur leur cerveau *1000 culpabilité quand je lui dit tu es insupportable l'impact en neuroscience est formel "c'est mal"...
Mais j'aime apprendre j'aime celle que je suis, je déteste ce que je suis quand je crie ou que je fais chanté l'être aimé mais je fais de mon mieux et surtout je fais comme je peux avec l'éducation que nos parents nous ont donné... merci pour ton bel article... bisous Marie
Ps je peux pas faire clic droit pour corriger je dois tout faire a la main

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau