Un mot de trop coule un bateau

Un mot de trop coule un bateau,

ou bien est-ce moi qui suis bizarre ?

J'aime à m'imaginer des mots tous plus forts les uns que les autres, monter à bord de ma petite embarcation, et puis là, tout à coup, c'est le drame, le mot bonheur saute à pieds joints " B et R joints " dans la barque de fortune et c'est dans un Splash inouï que tous les autres sautent à l'eau !

Un mot de trop coule un bateau

C'est un peu comme ça que je me sens en ce moment, je me nourris de mots et de lecture. J'ai repris l'écriture studieusement comme jamais, je blogue le matin, le soir et j'avale des litres de thé blanc en espérant aider mes défenses immunitaires.

Je m'éloigne de Facebook où certains vomissent leur haine, car dans ma barque c'est le mot bonheur qui fait couler les autres mais chez certains ce sont le racisme et les injures. Je passe du temps sur Instagram à regarder les jolies photos de mes comptes préférés, je relis des livres de mon enfance, et j'ai quinze ans dans ma tête. Je ne réponds plus aux provocations, je reste droite dans mes bottes, et là c'est sûr je gagne en maturité. 

J'ai compté les jours jusqu'au prochain voyage, incorrigible voyageuse que je suis. J'ai noté des lieux et des envies et j'ai créé une idée à listes, à moins que ce soit une idéa-liste ?

J'ai envie de rire, de rire dans un monde meilleur ! Ce n'est pas simple de vivre tous ensemble, je le sens bien. Parfois, j'ai envie de m'isoler, de ne voir personne.

J'ai envie d'écrire et de continuer à idéaliser le monde ! En guérissant grandissant, j'ai perdu ma rancune, ma rancoeur parfois, je ne sais pas l'expliquer mais je n'ai pas envie de me fatiguer avec des choses inutiles. Alors je laisse couler.

​Je ne veux plus pleurer pour des bêtises, continuer ma route et voyager ... J'essaie de croire aux gens, et puis parfois une fois de plus je suis déçue, fatiguée. Pourquoi ne savent-ils pas dire les choses directement ? Pourquoi tourner autour du pot alors qu'il suffit parfois juste d'un peu de courage et de sincérité ? Alors voilà, un mot a (encore ) coulé mon bateau il y a quelques jours, mais j'avais une planche de secours et je suis vite remontée car il faudra bien plus en 2017 pour me noyer. Qu'on se le dise !

Mary Leviandier sur Google+

lifestyle

Commentaires (2)

olivia
Comme tu le sais, je suis une bisounours mais à une période, la malveillance et facebook ont un peu égratinés ma bienveillance. Ce qui a fonctionné, c'est de me reconcentrer sur moi même et ma famille. Les gens qui ne disent pas mais pensent si fort que l'ont comprend même à travers un écran, c'est courant.J'ai appris à les sortir de ma vie reel ou virtuellement avec une grande facilité à force et ne plus être atteinte si facilement par certains propos ou comportement. Desormais, je me sens si sereine que tout est beau à mes yeux et je suis de nouveau bienveillante mais surtout envers moi même. bon courage à toi, ma belle.
Egalimère
Moi je veux bien embarquer avec toi et j'en profiterai pour te prendre longtemps dans mes bras pour te mettre à l'abri des vilains mots...

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau