La petite fille qui ne voulait pas grandir

Comment un si "petit bout de femme" peut être aussi nostalgique... alors que certains se laissent porter par leur existence n'aspirant qu'à grandir et à vivre leur indépendance, elle reste là et regarde les photos du passé avec mélancolie.
Une larme roule sur ses joues, elle ne sera plus jamais bébé.

La petite fille qui ne voulait pas grandir

Ma Ninjah a le spleen, le spleen du temps qui passe inexorablement, il est déjà trop tard, on ne peut l'arrêter.

La vie est belle pourtant, on avance et ce n'est pas les épreuves que l'existence nous a mis sur la route qui nous arrête. Bien au contraire, on a jamais vécu aussi pleinement que maintenant. 

Et alors ? Je lui raconte les belles choses du passé, on regarde les albums photos où nos sourires sont remplis d'anecdotes, on lui explique que sa vie ne fait que commencer, que bien sûr, elle peut encore jouer à la poupée, construire des villes en briques Lego et se marrer devant Bob l’éponge (je le fais bien moi aussi). La vie lui appartient et pourtant, elle n'a pas envie de grandir trop vite alors que j'aspire de mon côté à avancer dans un tas de projets mais elle, elle reste là.

Elle est assise là à côté de moi, je la serre dans mes bras, je ne peux presque plus la soulever malgré sa silhouette fluette, elle restera mon bébé c'est sûr mais j'ai aussi très envie qu'elle s'épanouisse dans la vie.

Elle me ressemble, elle est comme moi, nous écoutons une chanson et l'émotion vient avec, le souvenir d'un soir en Grèce, tout est là.

Et puis, je lui ai chanté "j'ai dix ans, je sais que c'est pas vrai mais j'ai dix ans...", elle m'a souri et m'a répondu "mais j'ai vraiment dix ans", j'ai pris sa main, l'ai posée sur ma poitrine et lui ai dit "mon cœur a toujours dix ans"... L'important au final n'est pas ces années qui passent, ce sont ces bons moment, cette bonne humeur et ce grain de folie qui fait que quelque part on reste enfants... Elle apprendra à dompter cette nostalgie, à garder le meilleur des choses et à balancer le reste, elle grandira, regardera parfois en arrière mais elle avancera dans la vie et s'élévera. Mais au fond, elle restera toujours mon bébé, ce petit être fragile.

voyages lifestyle nostalgie maison ma vie en carton

Commentaires

  • Isobel
    • 1. Isobel Le 28/02/2019
    C'est un très beau récit, Mary.
    Merci de l'avoir partagé.
    Pas facile pour nous, mamans, de voir grandir nos enfants non plus !
  • Maman Voyage
    Cela prouve que c'est une enfant heureuse, non ? Moi non plus je n'aurais pas aimé m'imaginer quitter le nid douillet de l'enfance, si douillet il avait été... Et le fait qu'elle pense à tout cela montre son degré de maturité...
    • Mary Leviandier
      Oui je pense aussi Christine, c'est l'émotion que ça produit chez elle qui m'impressionne surtout <3